Évolution des composantes écologiques et biogéochimiques dans les réservoirs et rivières régulées, et leurs effets sur les fonctions et services écosystémiques dans un contexte de changements climatiques

Au Canada, l’hydroélectricité représente 63% de la production d’énergie. Elle fait partie de la stratégie canadienne afin de réduire les gaz à effet de serre (GES), et constitue une pierre angulaire de notre économie. Cependant, la mise en eau des réservoirs, et la modification du régime hydrologique des rivières par les barrages, peuvent constituer des perturbations majeures pour les écosystèmes aquatiques. Hydro-Québec s’est donné comme objectif de réduire son empreinte écologique en plus de son empreinte carbone. Suite à la mise en eau, les réservoirs passent à travers une phase transitoire où la productivité primaire et secondaire, l’accumulation du mercure dans le réseau alimentaire, et les émissions de GES augmentent. Ces processus peuvent avoir des impacts économiques et sociaux, notamment sur les Premières Nations. Notre compréhension de l’évolution de ces processus écologiques et biogéochimiques, les liens qui les unissent, ainsi que leurs effets sur les services et les fonctions écosystémiques des réservoirs est encore très limitée. Pour Hydro-Québec, cette incertitude constitue une barrière dans l’évaluation de leur empreinte écologique. L’objectif de ce projet est de décrire, et de mieux comprendre l’évolution, l’ampleur et l’aspect transitoire des différentes composantes écologiques et biogéochimiques au sein des grands réservoirs hydroélectriques.

Intern: 
Gabrielle Trottier
Superviseur universitaire: 
Katrine Turgeon
Province: 
Quebec
Partenaire: 
Partner University: 
Discipline: