La gestion coopérative d’immeubles d’habitations à Hanoï : un nouveau mode d’appropriation de l’espace par les citoyens

La ville d’Hanoï est aujourd’hui si densément construite que toute intervention de l’État sur ses infrastructures urbaines nécessite souvent la démolition de constructions existantes. Le développement de la capitale vietnamienne entraîne ainsi la relocalisation forcée de populations dans de nouvelles habitations fournies par l’État. Le processus comporte son lot de difficultés pour les familles déplacées et suscite de vives tensions avec les autorités. Néanmoins, de nouvelles pratiques prometteuses ont récemment émergé au sein des communautés relocalisées. C’est le cas de l’initiative d’autogestion d’un groupe de résidents appelé la « Sweden Housing Cooperative », qui a bénéficié d’une reconnaissance internationale et a inspiré plusieurs autres citoyens relocalisés à se réorganiser suivant un modèle « coopératif » similaire. Ce projet de recherche vise donc à comprendre comment le phénomène de l’émergence de la gestion coopérative des habitations à Hanoï peut contribuer à améliorer le processus de relocalisation des populations et la pratique de l’aménagement urbain dans les villes vietnamiennes.

Intern: 
Valérie Fortin
Superviseur universitaire: 
Danielle Labbé
Project Year: 
2016
Province: 
Quebec
Partner University: 
National University of Civil Engineering