Le modèle coopératif comme moyen de reconnaissance identitaire. Le cas des coopératives de la Fédération des coopératives du Nouveau-Québec

La Fédération des coopératives du Nouveau-Québec (FCNQ) est une fédération qui regroupe les quatorze coopératives situées dans chacun des villages du Nunavik. Ces coopératives mutli-services (alimentation, tourisme, commercialisation de l’art inuit, transport de biens et de personnes, distribution de carburant, etc.) existent depuis la fin des années 1950 et ont joué un rôle de premier plan du point de vue du développement des communautés inuites. L’activité des coopératives du Nunavik s’inscrit dans une perspective d’autonomisation et à partir d’une volonté de reconnaissance économique, politique, culturelle et sociale.
À l’aube de son 50e anniversaire, la FCNQ a identifié la question du rôle des coopératives dans le développement social des communautés comme prioritaire, particulièrement dans un contexte d’évaluation interne des cause du haut taux de roulement des employés. Une meilleure compréhension des spécificités du modèle coopératif inuit en matière de reconnaissance et une amélioration des pratiques de gestion des employés pourraient résulter en des impacts positifs pour l’ensemble de la communauté. Ce projet de thèse aura donc comme objectif principal de mieux comprendre la contribution des coopératives à la reconnaissance identitaire des individus et des collectivités et usera de l’exemple des coopératives inuit du Nuvavik afin d’en saisir les spécificités.

Intern: 
Anne-Marie Merrien
Superviseur universitaire: 
Yves Couturier
Province: 
Quebec
Secteur: 
Partner University: 
Discipline: 
Programme: