Le stress objectif et subjectif de la femme enceinte suivant une catastrophes naturelle peut affecter son accouchement et augmenter le risque que son enfant développe des traits autistiques : urgence d'agir face aux changements climatiques

Une hausse de la fréquence des inondations dû aux réchauffements climatiques est anticipée au Québec et des impacts psychologiques sont à prévoir, notamment chez les femmes enceintes. Subir une catastrophe naturelle durant la grossesse est un stress qui laisse ses traces jusque dans le développement de l’enfant à naître, notamment en augmentant le risque de développer des traits autistiques. Parallèlement, le stress nuit au développement physiologique de l’accouchement. Or, l’accumulation de complications obstétricales durant la naissance, incluant la prise de médication (ocytocine synthétique et péridurale), a été reliée au risque d’augmentation des traits autistiques chez l’enfant. Ainsi, le stress prénatal maternel vécu lors de catastrophes naturelles pourrait augmenter le risque de complications obstétricales, la prise de médication et les traits autistiques de l’enfant. Les présentes hypothèses présument des impacts psychologiques, cognitifs et développementaux concrets sur les population qui seront victimes d’inondations ou de tempête de verglas sévères.

Intern: 
Mylène Lapierre
Superviseur universitaire: 
Suzanne King
Province: 
Quebec
Partner University: 
Discipline: 
Programme: