Résister à l’intimidation

Ce projet est en collaboration avec PREVNet. Des recherches ont prouvé que l’intervention des témoins d’une scène d’intimidation entre enfants met fin à l’altercation dans la majorité des cas. On a récemment conceptualisé quelques corrélations et prédicteurs d’intervention – ou de non-intervention – de la part des témoins, mais ces concepts n’ont pas été étudiés dans le groupe d’âge des 10‐12 ans, ni étudiés ensemble dans une même étude portant sur la contribution relative de chaque concept (et leurs effets cumulatifs potentiels) sur le comportement des témoins. En outre, aucune stratégie considérée comme efficace pour mettre fin à un acte d’intimidation n’a été développée par des enfants au moyen de méthode qualitatives. Cette étude vise à combler les lacunes dans nos connaissances actuelles sur l’intervention des témoins d’une scène d’intimidation entre enfants en répondant aux questions suivantes : 1) Quel est, selon les enfants, le moyen le plus efficace par lequel les témoins peuvent mettre fin à un acte d’intimidation ? 2) La volonté de défendre une victime d’intimidation dépend-elle de (a) la relation affective avec les pairs, (b) l’empathie envers les pairs, (c) la conscience sociale, (d) une prise de position explicite à l’égard de l’intimidation et de la victimisation ?

Intern: 
Mary Catherine Cappadocia
Superviseur universitaire: 
M. Debra Pepler
Province: 
Ontario
Université: 
Partenaire: 
Secteur: 
Discipline: 
Programme: