Une jeune entreprise novatrice de Québec aidera à mettre en marché des vaccins plus rapidement

Présentement inscrite au doctorat en génie chimique à l’Université Laval, Juliette Champeil est aussi cofondatrice et cheffe de la direction de sa jeune entreprise en génie biomédical, Ivano Bioscience. L’entreprise propose une innovation révolutionnaire : des trousses d’essai de laboratoire prêtes à l’emploi qui sont préchargées avec des cellules artificielles et des virus conçus pour reproduire la vie réelle.

Améliorer les performances sportives par l’IA

Les blessures et les mauvaises habitudes peuvent faire dérailler la carrière d’un athlète et sa qualité de vie. Pascal McCarthy l’a découvert à ses dépens lorsque sa carrière de joueur de volleyball professionnel a été abrégée en raison de blessures récurrentes. C’est à ce moment-là qu’il a constaté les lacunes du système médical en ce qui a trait au traitement des blessures sportives, y compris les commotions cérébrales, et qu’il a décidé d’agir à cet égard. 

Un outil révolutionnaire prédit la probabilité d’accident vasculaire cérébral

Karina Gasbarrino se sert de l’IA pour s’attaquer à la deuxième cause de décès et à la troisième cause d’invalidité au monde, un accident vasculaire cérébral (AVC). Son parcours a commencé il y a plus de 10 ans lorsqu’elle a perdu son grand-père à la suite d’un AVC. Depuis, elle a consacré sa carrière universitaire à sa mémoire, en contribuant à faire progresser le dépistage et le diagnostic précoces de dépôts adipeux dans les artères du cou. La rupture de ces plaques est la principale cause des AVC. 

Un robot écotechnologique évite aux humains de prendre des risques

C’est un travail complexe, salissant et dangereux, mais quelqu’un doit le faire. Pour les clients de Copperstone Technologies, ce quelqu’un est un robot amphibie. 

L’Internet du futur est plus près que l’on croit

La technologie de l’Internet est au cœur de l’ère de l’information. Ce réseau mondial de systèmes informatiques, qui repose largement sur des plateformes de communications sans fil et presque instantanées, offre des possibilités infinies d’interactions intermodales à des moments précis, et qui transcendent l’espace.

Un chercheur réoriente sa recherche et trouve une solution miracle contre la COVID-19

La pandémie de COVID-19 a créé un urgent besoin d’innovation dans tous les aspects de notre vie - et les chercheuses et chercheurs ont relevé le défi. Des diagnostics et traitements pour la COVID-19 aux changements dans la façon dont nous travaillons et recevons des soins de santé, la pandémie a accéléré l’innovation dans tous les secteurs. 

Les travaux novateurs d’une équipe de recherche revitalisent des langues autochtones

Une équipe de recherche dirigée par des Autochtones à la Sanyakola Foundation, à Port Hardy (Colombie-Britannique), a lancé une initiative collaborative pour assurer le rétablissement du kwak’wala. Sous la direction de Sara Child, professeure d’éducation autochtone au Collège North Island, la Sanyakola Foundation entreprend un projet auquel participent des Aîné·es et des Détenteurs et Détentrices du savoir kwakwaka’wakw et qui mobilise une jeune génération. 

Lutter contre les changements climatiques tout en tirant profit des émissions de carbone

Ulrich Legrand, ancien chercheur au postdoctorat de Mitacs, comprend que le monde est confronté à de grands défis à cause des changements climatiques. Il sait également que les décideuses et les décideurs cherchent des solutions à la crise mondiale permettant également de stimuler la croissance économique.

Oui, Autonopia lave les vitres.

Les méthodes de lavage de vitres des immeubles de grande hauteur étant pratiquement les mêmes depuis 1930, l’heure est venue de les moderniser.  

Autonopia, une petite entreprise, met au point un robot unique en son genre. Il peut descendre en rappel de façon sécuritaire sur tous les types de surfaces de bâtiments, et ce, beaucoup plus rapidement que les humains. 

L’innovation contre la prolifération d’algues qui peuvent tuer les poissons

Au moment de terminer son doctorat en génie de la conception des systèmes à l’Université de Waterloo, Jason Deglint, 31 ans, a décidé de s’attaquer à un problème qui coûte environ 2 milliards de dollars en dommages et en pertes à l’industrie de l’aquaculture : la prolifération d’algues nuisibles qui tuent les poissons.

Pages