Un stagiaire à Ryerson apaise les tensions à Toronto

Florian Mayer, un stagiaire Mitacs Globalink qui a passé son été à l’Université Ryerson à Toronto tente de comprendre comment des villes et des routes peuvent être construites afin de réduire le trafic tout en travaillant à l’amélioration des résultats de santé à long terme dans les villes les plus achalandées au monde. Faisant de la recherche aux côtés de la professeure adjointe Leila Farah, Florian a examiné comment l’environnement urbain affecte la santé publique et comment les planificateurs peuvent travailler avec les communautés afin de l’améliorer à l’échelle locale. 

La recherche sur les drones prend son envol pour un étudiant invité

Mais nonobstant les applications finales des drones, les chercheurs tentent toujours de déterminer comment efficacement en exploiter plus d’un à la fois.

Grossesse et malaria, une combinaison mortelle

Travaillant sous la direction de la professeure Stephanie Yanow et de l’étudiante au doctorat Catherine Mitran de l’Université de l’Alberta, Ina étudie des échantillons provenant de femmes enceintes de plusieurs régions de l’Amérique du Sud qui ont été infectées par le parasite Plasmodium vivax de la malaria.

Assurer la sécurité sismique, une poutre à la fois

Tao aide à développer un système structurel qui réduira les dangers dans les bâtiments industriels, qui contiennent souvent de l’équipement lourd, pendant un tremblement de terre.

La première tâche de Tao est d’examiner les bleus de bâtiments industriels, spécifiquement ceux qui entreposent des ponts roulants afin de mieux comprendre leur conception et leur comportement sismique. C’est une étape importante, car les ponts roulants peuvent changer la façon dont un édifice bouge et réagit à un tremblement de terre.

Un fauteuil roulant autonome roule à l’Université de Toronto

Travaillant sous la direction du professeur Jonathan Kelly, Xinyi espère étendre la technologie de pointe qui permet au fauteuil roulant de se naviguer et de se conduire de façon autonome.

Des chansons au rythme de la santé du cerveau

Dirigé par la professeure Pascale Tremblay du département de réadaptation, le projet a fourni une occasion de recherche unique à Anne-Christine Bricaud, qui est venue de la France pour passer l’été ici en tant que stagiaire de recherche Mitacs Globalink. Elle travaille avec une équipe à Laval pour déterminer les effets du chant en groupe sur la communication et la santé du cerveau, particulièrement parmi les personnes âgées.

De la recherche sur les allergies qui n’est pas de quoi éternuer

Cet été, Alexia travaille sur un projet de recherche avec la Dre Anne Ellis du département des sciences biomédicales et moléculaires de l’Université Queen’s. La recherche de la Dre Ellis explore les allergies et leur impact sur la population canadienne. Le projet d’Alexia aidera à déterminer s’il existe des liens entre les quantités de pollen dans l’air local, les allergies d’une mère (ou leur absence) et les biomarqueurs des allergies potentielles des enfants dans le sang de cordon ombilical.

Une équipe de l’Université d’Ottawa fait la lumière sur la physique quantique

Et pour l’étudiant de premier cycle d’Arabie saoudite Kareem Hariri, un Stage de recherche Mitacs Globalink cet été à l’Université d’Ottawa était la chance d’une vie de contribuer à une partie importante de la recherche en informatique quantique.

Il n’y a pas de « hum » et de « heu » ici : un chercheur australien sur la piste d’un son mystérieux à Calgary

L’Australien étudie un phénomène étrange surnommé « The Ranchlands Hum » [le son de Ranchlands], un son mystérieux qui tracasse les résidents de la communauté de Ranchlands au nord-ouest de Calgary depuis 2008.

Des chercheurs du Manitoba cherchent le lien entre le diabète et la démence

Supervisé par le professeur adjoint Eftekhar Eftekharpour, Jesua fait partie d’une équipe de recherche qui étudie un lien biologique possible entre le diabète et la démence. Alors que de récentes études démographiques pointent vers une corrélation entre le diabète et un risque accru de développer la démence, les chercheurs ne savent pas encore quels sont les mécanismes biologiques qui l’expliquent. Jesua passe l’été à étudier une réponse possible.

Pages