Analyse du stress chez l’huître américaine à l’aide de divers outils physiologiques pour le développement de meilleures pratiques de production

Au Québec, la production conchylicole constituée de la moule et l’huître représente un volume annuel de 375 tonnes par an, pour une valeur de 2,8 M$, dont la majeure partie est produite aux Îles-de-la-Madeleine. L’Aquaculture représente donc une activité économique non négligeable pour cette région, particulièrement pour l’huître qui est en plein essor par sa haute valeur ajoutée et un marché bien établi. L’huître représente maintenant 26% de la production conchylicole québécoise.

Développement d’agents de piégeage supportés sur chitosane pour utilisation en milieu organique

La chitine est un biopolymère entrant dans la composition de la carapace des crustacés. Ce faisant, il représente un coproduit important de l’industrie de la pêche pour lequel le développement de nouveaux débouchés demeure un enjeu. Or, le chitosane (un dérivé de la chitine) pourrait représenter une matrice de choix pour le développement d’outils permettant une transition vers une industrie chimique plus verte. En ce sens, ce projet vise le développement d’agents de piégeage supportés sur chitosane, soit des résines permettant d’éliminer les catalyseurs métalliques après leur utilisation.

Caractérisation génétique d’algues rouges et brunes du golfe du Saint-Laurent pour l’industrie alimentaire et cosmétique

1) l’identification moléculaire d’espèces d’algues rouge Porphyra ainsi que d’algues brunes, Laminaria digitata
Mérinov, le Centre de recherche appliquée en pêches et en aquaculture et l'École des pêches et de l'aquaculture du Québec appuie le développement de l'industrie des algues dans l'est du Canada depuis 15 ans. Merinov travaille actuellement sur la culture de différentes espèces d’algues dont Laminaria digitata et Porphyra pour approvisionner les entreprises locales de transformation d'algues et de cosmétiques mais ne possède pas l’expertise pour la caractérisation génétique.

La fermentation solide de matières organiques résiduelles locales par des mycètes de l’estuaire maritime du Saint-Laurent, une synergie innovante pour la production d’enzymes ligninolytiques.

Les mycotechnologies, c’est-à-dire l’utilisation des souches fongiques dans les secteurs industriels, sont actuellement considérées comme ayant un fort potentiel pour le développement de bio-industries régionales. Dans cette optique, Biopterre et le Cégep de La Pocatière ont proposé la mise en œuvre du Regroupement pour l’innovation fongique (RIF). Cette programmation qui a débuté en 2018 a pour mission de développer et d’intégrer les mycotechnologies dans les produits et procédés industriels.

Détection des Deltas P en plongée sous-marine aux abords desbarrages hydro-électriques à partir de l’Effet Doppler

Les interventions des plongeurs-scaphandriers aux abords des barrages hydro-électriques nécessitent la plus grande vigilance afin d’assurer leur sécurité. Au-delà des difficultés ordinaires rencontrées en plongée, les interventions aux abords de ces structures présentent de réels risques de courants puissants et très localisés dus au phénomène de Delta P (différence de pression). Celui-ci est capable d’emporter et de plaquer le plongeur contre la paroi du barrage.

Recyclage et valorisation durable des drêches de microbrasseries pour la fabrication de microbilles biodégradables en utilisant un procédé de chimie verte

La production de bières génère un sous-produit, la drêche. Nous visons à valoriser ce résidu par le développement de microbilles biodégradables comme remplacement des microbilles issues des carburants fossiles et de la pétrochimie. Ces microbilles pourront être incorporées dans des produits du quotidien tels que les cosmétiques, produits d'hygiène personnelle et nettoyants pour la maison le tout, dans une vision de développement durable.

Développement de solutions pour l’utilisation de l’impression 3D pour la production de composants de machines d’emballage alimentaire

Les machines d'emballage alimentaire sont produites en fonction des besoins du client et, par conséquent, chaque projet a ses propres exigences. Pour cette raison, l'étude de nouveaux procédés et matériaux est importante pour l'innovation et la concurrence sur le marché. D'autre part, les technologies de fabrication additive sont de plus en plus accessibles et réalisables pour la production à l'échelle industrielle. Le but de projet est de proposer la fabrication de composants mécaniques qui entrent en contact direct avec les aliments à travers la fabrication additive.

Augmentation de la durée de vie d’un noyau fabriqué additivement pour le moulage sous-pression d’aluminium par l’amélioration de l’état de surface des canaux de refroidissement conformes

Ce projet porte sur l’amélioration de la durée de vie d’un insert de moulage sous-pression d’aluminium. Cet insert est obtenu par impression 3D métallique, qui permet d’avoir des canaux de refroidissement plus performants. Toutefois, les cycles thermiques associés à la présence d’aspérités et d’une texture chaotique, causent un phénomène de fatigue dans les canaux. Ce phénomène est caractérisé par l’apparition de fissures, qui vont jusqu’à traverser l’intégralité de l’insert. De ce fait, le projet cherche à diminuer ces aspérités à l’aide d’un polissage chimique : une attaque par l’acide.

Développement d'un système de désempêtrement autonome des baleines noires prises dans les cordages verticaux des casiers à crabe des neiges

Le projet consiste à concevoir des liens faibles intégrés dans les cordages des casiers à crabe des neiges pour permettre aux baleines noires qui s’y font piéger de se libérer d’elles-mêmes. Les liens faibles sont des maillons fragiles qui cèdent lorsque la baleine exerce une force quand il se sent pris dans les cordages. Ce système va prévenir les baleines noires des séquelles que peut engendrer un empêtrement qui affecte sa santé qui, dans certains cas, lui est fatal.

Plateforme de démonstration, de développement et d’essais de dispositifs sécuritaires de pêche au homard

Chaque saison de pêche, les pêcheurs de homard prennent la mer à bord de leur bateau pour installer les lignes de casiers afin de récolter ce produit marin. Le travail s’effectue sur une surface glissante, mouvante et encombrée de cordages, souvent dans des conditions difficiles.

Pages