Investigation of the potential of static liquefaction of tailings by taking into account the evolution of the hydro-geotechnical properties during and after their deposition - Year two

Mines generate large quantity of tailings. In most cases, they are transported by pipes and deposited in tailings ponds and confined by dams. To limit the footprint and land area of tailings pond, the dams have to be uplifted progressively with the increase in the tailings level. Several methods exist to uplift the tailings dams. Our partner is particularly interested by the upstream dam construction and a critical concern is how to evaluate the maximum height of the uplift to avoid any static liquefaction. Several numerical models exist to this end.

Litho-minéralogie automatisée de carottes de forage et de poudres de minerais pour des applications géométallurgique et géoenvironnementale

Le projet présenté ici vise le développement d’une technique de caractérisation lithologique automatisée adaptée pour les carottes de forage en exploration minière. La technique sera basée sur divers capteurs (optiques, chimiques et autres) ainsi que la microscopie optique. Les données obtenues (big-data) serviront à l’optimisation des procédés de traitement des minerais ainsi que la bonne gestion environnementale des rejets issus des exploitations minières.

Controls on the formation and geometry of veins and vein arrays at the Tiriganiaq gold deposit, Meliadine project, Nunavut

The Tiriganiaq gold mine is the property of Agnico Eagle Mines ltd. and it represents the first active mining operation in the Meliadine district, Nunavut. This underground mine is hosted by metamorphosed sedimentary and volcanic rocks of the Canadian shield and the geometry of the mineralized zones and related veins differ from the one of most gold deposits hosted by metamorphic rocks. Mining of a complex deposit in such an isolated arctic environment necessitates a good comprehension of ore zone geometry in order to optimise grade control and develop exploration models.

Traitement de l’azote ammoniacal par ozonation et de la salinité résiduelle par filtration membranaire sur des effluents miniers réels par des essais en écoulement continu

Les sites miniers en exploitation génèrent de grands volumes d’eaux contaminées. Si es eaux se déversent dans sans traitement adéquat elles peuvent devenir la source de nombreux problèmes environnementaux. La mise en place de procédées d’enlèvement économiquement acceptable et respectant les normes de rejet visant à préserver les milieux récepteurs, représentent l’un des plus importants défis environnementaux auxquels l’industrie minière doit faire face.

Traçage isotopique des flux d’eau et d’azote en contexte minier

L’industrie minière présente un secteur économique très important au Canada, cependant, les différentes opérations dans la mine entrainent des impacts d’une ampleur importante sur l’environnement. Parmi les étapes de l’activité minière est le sautage en utilisant des dynamites pour excaver et extraire le minerai du gisement. Certains ne réagissent pas complétement et libèrent des éléments azotés qui se retrouvent à l’effluent final sous forme d’azote ammoniacal (qui est toxique pour la vie aquatique).

Utilisation de Bois Raméal Fragmenté (BRF) pour faciliter le recrutement et la croissance d’essences de la forêt boréale sur des roches stériles minières non génératrices d’acides

Le rétablissement de la forêt boréale sur les sites miniers après leur fermeture est indispensable pour que les services associés à cet écosystème soient rétablis (puit de carbone, chasse, industrie sylvicole, etc.). Les essences forestières font face à des contraintes d’établissement et de développement sur un substrat rocheux (stériles miniers) sans dépôt de matière organique. Ce manque en matière organique change considérablement les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol et entrave ainsi la recolonisation du site par les essences forestières.

Domaines géométallurgiques dans un gisement aurifère : le cas du dépôt Whale Tail, projet Amaruq, Nunavut – Volet 2

L’étude métallurgique est une étape essentielle de tout projet minier. Cette étape permet de concevoir un procédé afin d’extraire un métal d’intérêt (c.-à-d. l’or dans le cadre de ce projet) des roches. Ce procédé dépend des types de minéraux qui renferment l’or et tient compte des polluants que peuvent contenir ces minéraux. L’étude métallurgique s’appuie cependant sur une quantité limitée d’échantillons, ce qui ne permet pas d’adapter le procédé de récupération de l’or aux diverses parties d’un gisement.

Impact de différents collecteurs sur la flottation de la pyrite : application aux deux zones minéralisées de la mine Goldex

La mine Goldex est une mine souterraine en cours d’exploitation par l’entreprise Agnico Eagle. En 2015, un nouveau projet d’extraction a été développé, la zone Deep 1, dont la production a débuté en juillet 2017. Actuellement, des forages d’exploration sont en cours dans une nouvelle zone, la zone Sud. Le minerai provenant de ces zones est broyé et l’or libre est récupéré par gravité et fondu sous forme de lingots. L’or résiduel est associé à un sulfure de fer, la pyrite, et est récupéré par flottation non sélective des sulfures.

Efficacité des amendements alcalins et cimentaires à stabiliser les résidus miniers problématiques dans des conditions de terrain

Les exploitations minières génèrent des quantités importantes de rejets miniers sans valeur économique. Parfois, ces rejets miniers contiennent des phases minérales qui peuvent s’altérer sous l’effet des conditions météorologiques. L’altération de ces rejets peut causer des problèmes environnementaux (contamination des eaux). Ce projet recherche vise à tester des scénarios de stabilisation des rejets problématiques en ajoutant des matériaux avec un apport d’alcalinité; cette technique est communément appelée ‘amendement minier’.

Domaines géo-métallurgiques dans un gisement aurifère : le cas du dépôt Whale Tail, projet Amaruq, Nunavut

L’étude métallurgique est une étape essentielle de tout projet minier. Cette étape permet de concevoir un procédé afin d’extraire un métal d’intérêt (c.-à-d. l’or dans le cadre de ce projet) des roches. Ce procédé dépend des types de minéraux qui renferment l’or et tient compte des polluants que peuvent contenir ces minéraux. L’étude métallurgique s’appuie cependant sur une quantité limitée d’échantillons, ce qui ne permet pas d’adapter le procédé de récupération de l’or aux diverses parties d’un gisement.

Pages