Robots dans les sables bitumineux

« Le système que BMI utilisait exigeait beaucoup d’intervention manuelle, » expliqua Stephen Dwyer, un étudiant des cycles supérieurs en ingénierie de l’Université de l’Alberta.

Dwyer et deux collègues étudiants des cycles supérieurs de l’Université de l’Alberta, Jamie Yuen et Nicolas Olmedo, ont repris le défi de recherche avec le programme Mitacs Accélération sous la supervision de leur professeur, Dr Mike Lipsett. À la fin du stage, l’équipe avait un prototype alpha fonctionnel.

Où sont-ils aujourd’hui? Une étudiante transforme son stage en une carrière enrichissante

À l’époque où Nimeesha Kuntawala examinait des programmes d’études supérieures en aérospatiale, elle savait pertinemment qu’un stage en industrie ferait partie de son expérience universitaire. Mais elle n’avait pas prévu que ce stage jetterait les fondations de son éventuelle carrière.

Un étudiant des cycles supérieurs effectue de la recherche sur les risques liés à la croissance du secteur agricole pour l’homme et l’environnement

 Qlques mois plus tard, j’ai communiqué avec lui pour lui demander de superviser un projet, une occasion rendue possible grâce à une Bourse de recherche Mitacs Globalink.

Je suis titulaire d’une maîtrise en santé publique de l’Université de Guelph. Je travaille sur un projet intitulé « Risques pour la santé liés à l’intensification de l’agriculture au Vietnam » sous la supervision de Sherilee Harper de l’Université de Guelph, de Tran Thi Tuyet Hanh de la Hanoi School of Public Health, et de Nguyen Viet Hung de l’International Livestock Research Institute.

Des données aux dollars

Hamid Alemohammad est donc entré en jeu. Originaire d’Iran, Hamid est venu au Canada en 2006 afin d’obtenir un doctorat en ingénierie mécanique de l’université de Waterloo.

Après ses études, il a obtenu un stage Mitacs Accélération de huit mois en 2012 auprès d’un concepteur de solutions d'essai sur mesure pour les composantes automobiles telles que l’équipement de direction assistée, les injecteurs de carburant et les boîtiers papillon.

Un bras robotique pour améliorer les traitements de la santé mentale

La SMT consiste à placer une bobine magnétique à proximité de la tête du patient. Cette bobine produit des impulsions magnétiques qui induisent un courant électrique dans le cerveau du patient. La SMT est un traitement approuvé au Canada en santé mentale qui présente des résultats prometteurs dans le cas de maladies comme la dépression et la schizophrénie.

Protéger le cerveau contre les blessures

Malgré le port du casque, on enregistre un nombre très élevé de TCC dans des sports de contact comme le football et le hockey. Compte tenu de la popularité de ces sports, comment pouvons-nous améliorer la sécurité des joueurs?

Relever le défi que représente la sécurité des casques protecteurs

Carte postale de la Chine : La recherche d’un étudiant au doctorat établit un pont entre des disciplines

Les questions touchant les ressources et la durabilité, comme l’eau dans les pays en voie de développement, exigent souvent l’adoption d’une approche interdisciplinaire. Les enjeux relatifs à l’accès à l’eau sont beaucoup plus complexes dans les pays en voie de développement en raison de facteurs comme la croissance rapide de la population, une infrastructure inadéquate et le manque de politiques de gestion robustes en matière de ressources.

Mettre au point des solutions d’étanchéité pour l’industrie de la construction du Québec

Un stagiaire vise l’espace

Tout le monde le sait, il ne faut pas manquer le panorama et les bruits de la ville d’Ottawa pendant l’été, mais pour Yukun Huang, un stagiaire de recherche du programme Globalink, c’est plutôt les nuits étoilées de la ville qui l’intéressent. Sa fascination pour l’espace remonte à son enfance, au moment où on lui a acheté son premier télescope. Au fil des ans, cet intérêt a grandi et l’a incité à poursuivre des études en génie mécanique au Harbin Institute of Technology de la Chine dans l’espoir de travailler un jour dans le domaine de laérospatiale.

Une stagiaire met au point une application d’identification faciale pour Google Glass

Depuis son très jeune âge, Shefali Garg s’intéresse à la conception et à la technologie. Cet été, elle vit sa passion à titre de stagiaire de recherche du programme Globalink à l’Université de Waterloo. Travaillant sous la supervision du professeur Shi Cao du Département du génie de la conception de systèmes, Shefali met à profit ses connaissances en informatique pour participer à la conception d’une nouvelle application d’identification faciale pour Google Glass — une sorte de « technologie portable » — comme des lunettes avec un visiocasque.

Pages