Une étudiante en génie du Mexique avance à grands pas dans la conception de prothèses à la Polytechnique

Luz Anchondo Vásquez a toujours aimé venir en aide aux gens. Grâce à un stage de recherche Globalink, elle est en mesure de jumeler cet intérêt à ses connaissances en mécatronique.

C’est à son université, le Tecnológico de Monterrey Campus Chihuahua du Mexique, que Luz a entendu parler pour la première fois du Programme de stages de recherche Globalink. Avec l’aide d’un ami qui a déjà effectué un stage, Luz a présenté une demande et elle a ensuite été jumelée à Lionel Birglen pour un projet au Département de génie mécanique de l’École Polytechnique de Montréal.

Jesùs Carrillo Valdez a le cœur à l’ouvrage au Canada

Il a déjà une longueur d’avance pour atteindre cet objectif grâce au projet qu’il mène cet été avec Vincent Jacquemet, chercheur régulier à l’Hôpital du Sacré-Cœur, affilié à l’Université de Montréal, par l’entremise des stages de recherche Mitacs Globalink.

Teledyne DALSA tire profit des bourses Mitacs pour s’assurer une longueur d’avance dans le secteur de la haute technologie

Teledyne DALSA est un fabricant canadien de composantes électroniques d’imagerie spécialisées comptant des bureaux à Montréal. L’entreprise est un chef de file de détecteurs thermiques (infrarouge) utilisés pour les satellites, la surveillance et les applications médicales, des secteurs nécessitant des investissements considérables de recherche et développement de la part du gouvernement et de l’industrie.

César Maldonado Monter fait carburer son rêve au Canada

Provenant du Mexique, où il étudie le génie chimique à l’Institut de Technologie de Monterrey, César a entendu parler de Mitacs par l’entremise d’un ami et d’un ancien stagiaire de recherche. Après avoir vu les photos de son ami et entendu ses histoires sur la recherche, il s’est tout simplement dit : « Il faut que j’aille au Canada! ». Avec cette conviction en tête, il a fait une demande et a été accepté de mener un projet de recherche en production de biocarburant à Québec cet été.

Stimuler l’innovation dans l’industrie des technologies de l’information et des communications

Pour répondre aux besoins de ses clients ainsi qu’à la demande croissante en matière de solutions de reconnaissance vocale de haute qualité, Nuance a mis sur pied un projet de recherche de longue haleine axé sur le perfectionnement de ce type de produits pour les applications mobiles.

Raffiner les technologies novatrices

Grâce au soutien de Pierre des Lierres, directeur du Développement des affaires chez Mitacs, Odotech a obtenu un financement du programme Mitacs Accélération Québec. L’entreprise a également été mise en relation avec l’étudiant Iban Harlouchet et son directeur, le professeur Pierre Lafaye de Micheaux, du Département de mathématiques et de statistique de l'Université de Montréal.

Mitacs Accélération : stimuler la R.-D. dans les petites entreprises

La société Technologies Sonomax inc., de Montréal, se spécialise dans la fabrication de protecteurs d’oreille. Les écouteurs faits sur mesure ultra performants de Sonomax sont uniques en leur genre : ils assurent à la fois une isolation phonique et une protection antibruit. L’utilisateur peut écouter de la musique à faible volume avec son lecteur portatif puisque les écouteurs isolent l’oreille des bruits ambiants. Cependant, avant de lancer ce nouveau produit sur le marché, l'entreprise devait franchir l'étape du prototypage.

Poursuivre ses études au Canada

Comme ancien étudiant Globalink, Pragyan était admissible au programme de bourses Globalink à l’intention des étudiants des cycles supérieurs. Ce programme propose du soutien financier aux anciens stagiaires de recherche Globalink qui souhaitent revenir au Canada pour y poursuivre des études de maîtrise ou de doctorat dans une université partenaire de Mitacs.

Entrevue avec Cindy Chamberland, lauréate du Prix Mitacs

Parlez-nous un peu de la recherche que vous avez effectuée dans le cadre du programme Accélération, et qui vous a valu le Prix Mitacs pour une innovation exceptionnelle d’un(e) stagiaire postdoctoral.

Améliorer le dépistage du cancer de l’ovaire

« Ma participation à ces recherches a été très enrichissante, confie Rebeca. J’ai appris qu’être chercheuse, c’est travailler pour le bien de la société tout entière. »

De pair avec Patricia Tonin, de la Faculté de génétique humaine de l’Université McGill, Rebeca examine des prélèvements effectués chez des femmes atteintes de la maladie afin d’en étudier les anomalies génétiques. L’analyse des gènes qui prédisposent les femmes à ce type de cancer ainsi que du rôle de certains événements génétiques permettra d’améliorer les méthodes de dépistage et de surveillance.

Pages