Optimisation de la conception de l’empileuse à simple fourche afin d’améliorer sa performance et sa productivité

L’entreprise partenaire fabrique une empileuse à bois et la vend à ses clients qui l’utilisent pour la production des paquets. La machine actuelle est capable de traiter environ 18 rangs de planches par minute. Le projet vise à développer une nouvelle conception de l’empileuse afin d’augmenter sa cadence. La réalisation d’une telle conception nécessite plusieurs étapes parmi lesquelles :
1. Effectuer une étude sur la machine actuelle
2. Localiser les points de faiblesse afin de développer une nouvelle conception qui conduit à :
Demande de stage Accélération 2015 ?

Coupes partielles dans des peuplements de la forêt boréale mélangée : Réponses à l'échelle du peuplement, de l’arbre et du sous-bois à un gradient d’intensités sylvicoles

À l’instar d’autres juridictions, le Québec prend un virage écologique en matière d’aménagement forestier. Ce virage l’amène, entre autres, à expérimenter de nouvelles pratiques sylvicoles dont les coupes qui seraient inspirées de la dynamique naturelle des forêts et qui pourraient éventuellement remplacer, en partie, des coupes totales actuellement généralisées en forêt boréale. Avant de mettre en application à grande échelle ces nouvelles approches sylvicoles, il importe de les tester et évaluer, sur une période assez longue, dans cadre expérimental rigoureux.

Effet d’une deuxième fertilisation avec boues de chaux et biosolides papetiers sur la croissance du peuplier hybride dans le Sud du Québec, et interaction avec la végétation compétitrice.

Ce projet de recherche sera mené en Estrie sur des plantations de peupliers hybrides, une espèce d’arbre à croissance très rapide qui s’avère fort intéressante pour l’industrie forestière, particulièrement depuis que le gouvernement du Québec s’oriente vers une intensification de la sylviculture, notamment via l’utilisation de la fertilisation pour optimiser la productivité et la rentabilité des plantations.

Dépistage des champignons causant les maladies foliaires dans les productions d’arbres de Noël

En 2009, un nouvel agent pathogène est apparu dans une plantation d’arbres de Noël au Québec, il s’agit du champignon Delphinella balsameae qui cause la brûlure des pousses de sapin. À ceci s’ajoutent les divers champignons causant le rouge des aiguilles qui cause des dommages économiques importants et dont la biologie est aussi peu connue. Malheureusement, les données scientifiques sur les cycles de vie des agents pathogènes sont inexistantes au Canada et ces champignons constituent donc une grande menace.

Relations entre le climat, les feux, la végétation et la dynamique du carbone organique du sol (COS) dans un contexte des changements climatiques de la pessière à mousses du Québec

La forêt boréale renferme un important stock de carbone organique dans le sol, considéré comme le plus grand réservoir terrestre de carbone au niveau planétaire. Ce stock de carbone s’est accumulé sous l’effet combiné du climat (e.g. la température et les précipitations), des feux et de la végétation Les changements estimés dans le climat et les feux pourraient modifier de façon importante les écosystèmes et menacer leur capacité à stocker du carbone.

Capacity Building for Competitiveness in Aboriginal forestry

This project recognizes the significant business challenges First Nations forestry enterprises face which have the effect of limiting the benefits to First Nations from forests (Wellstead and Stedman 2010). There is limited awareness of the conditions that affect the success and failure of Aboriginal enterprises in the forest sector (Trosper et al 2008).

Vulnérabilité des forêts et des activités forestières aux changements climatiques

Les feux de forêts naturels sont les perturbations majeures à la base de la dynamique végétale boréale. Les changements climatiques induiront une augmentation des régimes de perturbations. Les régimes de perturbations, la structure et la composition forestière pourraient se diriger vers une variabilité naturelle différente de celle connue précédemment.

Évaluation du potentiel de croissance du mélèze hybride et laricin en région boréale

Le mélèze laricin (Larix laricina) serait une espèce intéressante pour la production de matière ligneuse (Bolghari and Bertrand, 1984). Dans les années 70, un programme d’amélioration génétique a commencé et l’hybride (L. ? marschlinsii Coaz.) entre le mélèze d’Europe (L. decidua) et le mélèze du Japon (L. kaempferi) s’est avéré très performant (Perron, 2011). Cependant, contrairement au mélèze indigène capable de pousser sur une large gamme de stations (Tilton, 1976), les espèces exotiques seraient à éviter sur les sites trop humides en raison des risques de gel tardif (Robbins, 1985).

Développent d’outils innovateurs pour la caractérisation du bois et de la fibre du bois et leur impact sur la rentabilité financière des travaux d’aménagement forestier intensif

L’aménagement forestier intensif est parmi les alternatives pour assurer la pérennité des ressources pour l’industrie forestière. Cependant, peu d’information est disponible sur les effets de ces pratiques sur la qualité du bois et la valeur des produits. Ce manque d’information est dû à la nature destructive des essais de caractérisation des propriétés du bois. Ainsi, ce projet vise à développer des outils rapides et non destructifs pour mesurer les implications des pratiques d’aménagement forestier intensif sur les indicateurs de la qualité du bois et sur la valeur des produits.

Etude de la vulnérabilité au stress hydrique de jeunes plants d’arbres. Cas d’espèces indigènes au Québec

Dans un contexte de changements climatiques, les modèles prévoient une augmentation de la fréquence et de l’intensité des sécheresses estivales. Or le manque d’eau peut gravement affecter la croissance et la survie des arbres, et donc diminuer leur productivité. L’objectif de cette étude est de tester la capacité de résistance de jeunes arbres à un stress hydrique tel qu’une sécheresse estivale.

Pages