Une aventure scientifique canadienne

Étudiant de troisième année en génie électronique et de la communication à l’Indian School of Mines, Nitin travaille à améliorer l’efficacité énergétique des systèmes de chauffage et de climatisation commerciaux. L’objectif de ce projet, parrainé par le programme Globalink de Mitacs, est d’instaurer un réseau d’appareils à capteurs sans fil qui communiqueront entre eux pour assurer le maintien de conditions idéales grâce, entre autres, à la mesure de la température et de la pression atmosphérique ambiantes.

Une expérience dynamique et diversifiée au Canada

Grâce au programme Mitacs Globalink, cet étudiant en génie civil de l’Institut indien de technologie (IIT) de Kanpur a mené avec le Dr Ehab Salakawy un projet de recherche consistant à effectuer des simulations afin de calculer la force portante de parois de ponts. Ces simulations visent à aider les ingénieurs civils municipaux à concevoir des structures plus résistantes et plus durables pour les ponts de partout au Canada.

Une occasion de croître grâce à Globalink

Mais lorsqu’il s’est retrouvé dans un laboratoire du département de biochimie et de biologie moléculaire de l’Université de la Colombie-Britannique, à examiner des mutations protéiniques causant l’arythmie cardiaque, il a compris qu’il lui restait encore beaucoup à apprendre.

Globalink : une expérience canadienne qui « amplifie » les connaissances !

Pour Pragyan Hazarika, jouer à ce type de jeu signifie également mettre à profit ses aptitudes en génie. Au cours d’une activité annuelle organisée par Pragyan et un groupe d’amis à l’Institut national indien de technologie (IIT) de Surathkal,  ils ont conçu et fabriqué leurs propres pistolets laser et veste avec capteurs de laser. Fort des connaissances qu’il a acquises dans les applications pratiques des techniques de communication et du génie électrique au cours de cette activité, Pragyan  a entrepris cet été un stage à l’École de technologie supérieure, à Montréal.

La course aux percées dans le domaine médical

Leonam est sur le point de terminer ses études de premier cycle au Fluminense Federal Institute. Il se passionne pour tout ce qui touche le génie. Il a déjà participé à des projets de surveillance à distance de la rivière Paraiba do Sul et testé de l’équipement pour un véhicule aérien sans pilote. Il se tourne maintenant vers le Canada pour vivre ses prochaines aventures de recherche, cette fois en sciences de la vie avec Mitacs Globalink.

Repartir la tête rempli d’agréables souvenirs du Canada

Cependant, depuis qu’elle est à Montréal, elle ne cesse de tarir d’éloges cette belle ville et la culture Québécoise, de même que l’ambiance extraordinaire dans laquelle se déroulent les recherches auxquelles elle participe.

« Au départ, je ne pensais pas effectuer un stage à l’étranger pendant mes études de premier cycle, mais lorsque mon professeur au Brésil m’a parlé du programme Mitacs Globalink, je me devais de faire une demande ! »

Tomber en amour avec le Canada

Aarya, une étudiante de troisième année en biologie, espérait pouvoir affiner ses compétences en laboratoire et ses connaissances dans le domaine de la recherche en sciences biologiques avant de terminer sa dernière année d’études et d'obtenir son diplôme.

Établir des liens réels avec le Canada

Si l’on se fie à son horaire  chargé, dans le cadre des ses  recherches en contrôles et diagnostics menées aux côtés du professeur Mhaskar Prashant, M. Gupta a beaucoup de pain sur la planche !

Utiliser son cerveau pour changer les choses

En 2011, dans le cadre d’un stage qu’il a effectué en Corée du Sud, ce brillant étudiant en génie électronique et des communications a conçu un système de vidéosurveillance sans fil pour les véhicules de police. Cette année, il a même été jusqu’à refuser un stage au Massachusetts Institute of Technology pour venir à l’Université de la Colombie-Britannique dans le cadre du programme Mitacs Globalink.

Trouver une voie écoresponsable au Canada

Au moment d’entreprendre sa quatrième année d’étude à l’Indian Institute of Technology (IIT) de Guwahati, Surojit envisageait de participer à un stage de recherche en Allemagne. Toutefois, la nouvelle de son admission à un stage Mitacs Globalink au Département de génie mécanique de l'Université de l'Alberta auprès du professeur Amit Kumar est venue bouleverser ses plans.  « Je savais que le programme de Mitacs me permettrait de vivre une meilleure expérience d’ensemble », a-t-il confié.

Pages