Contrôle du mûrissement des fruits à noyau – une perspective moléculaire

Les fruits comme les pêches et les prunes sont très périssables et ont une durée de conservation très courte ; on les appelle pour cette raison « fruits tendres ». Les producteurs doivent ainsi cultiver plusieurs variétés mûrissant à des moments différents pour assurer un approvisionnement continu sur le marché pendant la brève saison de disponibilité. Il est intéressant de noter que, même si toutes les variétés fleurissent à peu près en même temps au printemps, certaines variétés mettent quelques semaines de plus que d’autres à mûrir.

Influence des interactions nucléocytoplasmiques sur le potentiel de développement des embryons de bisons produits par le transfert de noyaux de cellules somatiques interspécifiques

Le transfert de noyaux de cellules somatiques (TNCS) est une technologie unique permettant de préserver l’ensemble du génome d’un individu, évitant ainsi la dilution de précieux allèles. Il s’agit d’un critère important pour la préservation des espèces en péril. Notre intérêt pour le bison des bois du Canada, une espèce menacée, nous a amenés à envisager l’application du TNCS comme méthode de production d’embryons et de préservation des génomes.

Facteurs cellulaires influençant le potentiel de développement d’embryons de bisons purs et hybrides

Les technologies de reproduction assistée peuvent représenter des solutions uniques pour les gestionnaires de la faune désireux de préserver des individus précieux sur le plan génétique. Le bison des bois du Canada, actuellement considéré comme menacé, profitera grandement de l’utilisation de la fécondation in vitro et de la mise en réserve d’embryons comme méthode de production de hardes génétiquement saines et exemptes de maladie.

Remise en état des sites d’enfouissement pour produire des cultures bioénergétiques

Ce projet vise à remettre en état des sites d’enfouissement fermés pour produire des cultures bioénergétiques comme substitut aux cultures traditionnelles. L’établissement de cultures dans des zones désaffectées de ce type présente des risques inconnus de contamination liés aux matériaux hérités du terrain. Cultiver des cultures énergétiques tirées de la biomasse sur ces sites élimine ce risque, mais il reste de nombreux éléments inconnus d’ordre technique et économique et liés au système lui­même relativement à l’état de ces sites.

Utilisation des sites de décharges désaffectées pour faire pousser des cultures énergétiques; exclusion du biogaz issu de la rhizosphère en utilisant une doublure d'argile géosynthétique (DAG)

L’un des principaux inconvénients de la production de biocarburants est qu’elle crée une concurrence qui s’exerce sur les terres avec les cultures vivrières traditionnelles. L’étude du potentiel des sites d’enfouissement de déchets urbains solides déclassés pour accueillir la production de cultures énergétiques a largement été ignorée au Canada et ailleurs en Amérique du Nord. L’un des principaux obstacles à l’établissement de cultures sur de tels sites vient de la présence de fortes concentrations de biogaz d’enfouissement dans la rhizosphère.

Détection des problèmes dans DB2

L'offre de services sur demande en tout temps entraîne le besoin de cerner et résoudre rapidement des problèmes dans un système de gestion de base de données. Les outils de détection des problèmes dépendent de l'existence d'une quantité de données de surveillance suffisante pour appuyer l'analyse, mais la surveillance introduit des coûts indirects et réduit donc le rendement d'exploitation. Ce projet de recherche vise à produire des outils légers et efficaces pour la surveillance et l'analyse des problèmes au sein des systèmes de gestion de base de données.

Effet de la condition des plantes sur la pollinisation par les bourdons des pieds de tomates de serre

Le stagiaire collaborera avec MGS Horticultural, un grand fournisseur de contrôles de lutte antiparasitaire et d’engrais, afin d’étudier la relation entre l’odeur et la réussite de la pollinisation dans les serres commerciales. Des travaux antérieurs (non publiés) suggéraient que l’odeur fait partie intégrante de la pollinisation des tomates de serre et qu’elle peut varier en fonction des conditions de végétation dans une serre.

Pages